La personne humaine, un dialogue transdisciplinaire et transnational

Projet d'Anne Raulin,

Sociologue et anthropologue, Professeure à l'Université Paris Ouest Nanterre, Laboratoire Sophiapol

 

 

« Il y a pour chaque homme, comme pour l’humanité, une histoire de son débat avec le monde en même temps qu’une histoire de son débat avec lui-même.» (Dufrenne)

Etre humain, être une personne humaine, c’est-à-dire concevoir l'humain dans ce qu'il a tout à la fois de plus universel et de plus singulier : à la lumière des écrits des philosophes (Merleau-Ponty, Dufrenne, Lefort) ou des anthropologues  (Devereux, Bastide, Balandier) qui en France ont entretenu le dialogue avec les thèses du courant américain Culture et personnalité (Kardiner et Mead), on reprend le débat – souvent très polémique – mais résolument transdisciplinaire et transnational autour de cette question : comment l’humain biologique s’articule-t-il à la construction culturelle des modes d’exister collectifs et individuels ?

Ce projet comprend tout à la fois la relecture des auteurs français et la mise au jour des travaux du courant américain, en particulier celle concernant l'oeuvre de Kardiner dont on a entrepris par ailleurs de réaliser la biographie. Il s'avère que la réception de cet auteur fut en France très passionnée mais aussi très partielle. Si ces travaux sur la personnalité de base ont été largement diffusés (Gallimard 1969), d'autres sont restés totalement ignorés alors qu'ils trouvent de nos jours aux Etats-Unis une nouvelle audience : c'est en particulier le cas de l'ouvrage sur les traumatismes de guerre qui, pionnier dans ce domaine, a connu une réimpression récente (2012), mais aussi celui d'une étude portant sur les pathologies psychiques liées à l'appartenance à une minorité discriminée.